Millésime 2016
Chaotique pour un très beau millésime et des volumes faibles

Accueil » Millésimes » 2016

L’automne 2015 a été doux sous un ciel gris… Rares gelées en mars. Les nappes phréatiques n’ont pas eu l’occasion de se remplir. La fin avril restera gravée dans nos mémoires pour ce gel noir, historique, survenu le 27. Ce  jour là, l’humidité de l’air et les températures négatives de quelques ‘petits’ degrés ont entouré d’une fine couche de glace les bourgeons qui avaient pour certains déjà sorti deux feuilles… Et puis ce matin là il fit un grand soleil… La végétation prise au piège dans son cocon de glace ‘brûla’… Ce courant d’air froid venu du Morvan a suivi scrupuleusement les méandres créés par les combes pour se déverser sur les appellations de milieu de coteaux … Mai fût très pluvieux et le 13 c’est un orage de grêle qui se focalise sur les appellations de bas de coteaux…

Ensuite la météo fût plus clémente, la pousse se relança activement. La douceur, l’humidité, le traumatisme subit par les vignes facilitèrent le développement d’un épisode de mildiou lui aussi historique : feuilles, rameaux, grappes furent plus ou moins touchés… La fleur arriva autour du 20 juin, heureusement le bel été limitera les dégâts, déjà importants cependant. Toutes les parcelles développèrent une magnifique végétation mais parfois avec peu voire très peu de récolte. Les maturités se firent dans des conditions idéales. La récolte débuta le 24 septembre et s’acheva le 29 dans de bonnes conditions.

Après un tri sérieux à la parcelle, les raisins encuvés étaient très beaux, la vendange entière trouva naturellement une bonne place. Les extractions furent douces. Au final les vins entonnés ne perdirent pas de temps, les fermentations malolactiques se déclenchèrent et début 2017 l’acide malique s’en était allé. Un suivi rigoureux des cuvées révéla un bel équilibre et un bon potentiel des vins ce qui permis de limiter de manière très significative les apports de soufre. En conclusion, les 2016 bénéficient d’une bonne concentration, d’une aromatique pure et profonde, leur chair est croquante et la structure est bien présente. L’énergie ne fait pas défaut  mais avec une sagesse certaine. On peut espérer approcher ses vins dans leur jeunesse, l’année qui suit la mise en bouteille confirmera… Ou pas…